Journal

Tout savoir sur l'actualité de PAUL

La Madeleine, on aime bien ça !

10 Janvier 2023
La Madeleine, on aime bien ça !

Dodues, dorées, moelleuses, parfumées… les madeleines font partie de ces plaisirs minuscules dont nous raffolons. Avec sa forme de coquillage, sa bosse caractéristique et sa couleur chaude, elle est tout simplement unique. Mais connaissez-vous vraiment l’histoire de cette douceur devenue star grâce à un certain Marcel ?

De Saint Jacques de Compostelle en passant par la Lorraine, une recette qui a voyagé avant devenir un grand classique


Commençons par sa forme caractéristique… Elle serait due à la tradition d’offrir brioches et petits gâteaux en forme de coquille Saint-Jacques aux pèlerins s’en allant sur les chemins de Compostelle… Concernant son nom, il est régulièrement attaché à une cuisinière de talent… Mais laquelle ? Une certaine Madeleine Simonin peut-être, cuisinière d’un cardinal lorrain nostalgique de ces douceurs offertes aux Pèlerins… Ou encore Madeleine Paulmier servante qui aurait sauvé un noble repas en préparant à la hâte cette recette reçue de sa grand-mère ? Tout ce serait alors passé dans le château de Commercy, résidence du duc de Lorraine, Stanislas Leczszynski, roi déchu de Pologne… Le cuisinier en titre aurait soudainement claqué la porte en pleine réception, laissant le duc sans dessert et sans recette. Une jeune cuisinière aurait alors proposé de confectionner de petits gâteaux ne nécessitant que des ingrédients simples présents en cuisine. Et vous imaginez la suite… les petits gâteaux ravissent les convives… le Duc les baptise en l’honneur de sa sauveuse et Commercy deviendra la capitale mondiale de la madeleine ! Une habitude pour le Duc puisqu’en plus d’avoir donné son nom à la fameuse place de Nancy réputée être l’une des plus belle du monde, ce gourmand de Stanislas serait également à l’origine du baba au rhum, autre grand classique de la pâtisserie française !
Dans tous les cas, il a certainement contribué à faire connaître les madeleines au-delà de la Lorraine puisqu’il était ni plus ni moins que le père de la reine de France, épouse de Louis XV, à laquelle il adressait ces gourmandises qu’elle fit connaître à la Cour. Un rôle repris au XIXeme siècle par le chemin de fer quand les femmes de Commercy vendaient leurs madeleines aux voyageurs qui qui faisaient halte dans la gare de leur bourgade !

Et Proust alors ?

« Je portai à mes lèvres une cuillérée de thé où j’avais laissé s’amollir un morceau de madeleine… ». Par ces quelques mots dans « Du Côté de chez Swann », Marcel Proust créait le mythe « Madeleine ». Dépassant la simple gourmandise, la petite pâtisserie devenait le symbole de rêverie, d’immersion dans les souvenirs d’enfance… capable de nous plonger dans une douce nostalgie en une simple bouchée. Un pouvoir magique qui aurait pu lui échapper puisque l’on dit qu’avant de choisir la madeleine, Marcel Proust aurait envisagé de plonger du pain grillé ou une simple biscotte dans le fameux thé. La littérature française et la pâtisserie françaises y aurait beaucoup perdu ! Aujourd’hui, l’expression est devenue incontournable et à chacun sa « Madeleine de Proust » pour retomber dans les souvenirs réconfortants de l’enfance. De l’irascible critique culinaire du dessin animé Ratatouille à celui du succulent roman « Une gourmandise » de Muriel Barbery, la preuve est faite que c’est la simplicité qui est la plus évocatrice… une définition qui convient parfaitement à nos madeleines PAUL.

 

Les madeleines de PAUL, douceurs d’enfance
Moelleuse, d’un blond doré, joliment bombée, notre madeleine est délicatement parfumée à la vanille, au citron et à la bergamote. Elle est à tremper dans un thé comme Marcel Proust l’aurait fait, à grignoter dans un train comme les voyageurs du XIXeme siècle ou à accompagner de confiture de fraise pour le goûter.
Et puisque nous sommes en pleins souvenirs d’enfance, nous avons également imaginé une gourmande madeleine-Carambar, garnie de pâte à tartiner cacao au bon goût de caramel, tout comme le bonbon préféré des enfants. Une association de saveurs qui nous tentait depuis longtemps et qui a enfin vu le jour… et ce n’est pas une blague !